Vers des bibliotheques de plus en plus mobiles!

Les bibliotheques ont toujours eu comme preoccupation de joindre les utlisateurs la ou ils se trouvent, et je ne parle pas ici que que des bibliobus (dont deux « specimens » etaient justement stationnes aux portes au Centre des congres au debut de l’evenement).  Je sors donc d’une seance qui traitait essentiellement des technologies mobiles.

Par exemple, a la toute nouvelle Universite de Aalto, fondee en 2010, basee en Finlande, on a teste 5 lecteurs de livres electroniques (e-book readers) disponibles en Europe soient: le Sony Reader, le Booken, le DeBook, le Foxit et le Kindle. Chacun de ces modeles a ete teste aupres des etudiants, et des groupes de discussion ont ete formes.  On a même mis en ligne un blog pour la circonstance, afin de permettre a ces derniers de s’exprimer sur le sujet.

Il appert que seulement 17% des livres electroniques acquis par l’Universite sont compatibles avec les modeles precites.  Parmi les titres acquis individuellement par la bibliotheque, seuls ceux produits par Springer, Elsevier; Source OCDE et Morgan & Clayford etaient telechargeables sur des lecteurs de livres electroniques mobiles, alors que ceux du Ebrary, Safari et Myibrary ne l’etaient pas.  Cela tient du fait que ces derniers sont assujettis au Digital Rights Management (DRM), qui regit les droits de diffusion lies a  l’acces mobile.  Bref, les livres electroniques acquis directement chez les editeurs comme tels ne posent pas probleme de telechargement sur des lecteurs mobiles.  Ce sont plutot ceux fournis par les aggregateurs ou les diffuseurs (qui sont eux assujettis au DRM) que les bibliotheques doivent eviter s’ils veulent developper un service mobile.

Quant aux etudiants, ils ont trouve que tous les types d’appareils remplissaient des fonctions similaires, mais ils preferent encore de loin leur portables puisqu’ils s’attendaient a quelque chose de beaucoup plus performant, notamment pour la navigation qu’ils considerent encore trop lente (ils attendraient l’autre generation).  Ils  trouvent donc l’appareil utile pour une lecture lineaire (nouvelles ou romans) et non pour le materiel academique et pour etudier (personellement, j’aurais cru le contraire!).

Cet article a été publié dans IFLA2010, Livres electroniques, Résumé_de_présentation, Technologies mobiles, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s