Using web-based software to promote data literacy

Dans sa conférence intitulée « Using web-based software to promote data literacy in a large enrollment undergraduate course » Harrison Dekker (UC Berkeley Libraries) mentionne quelques ressources en ligne pour les données statistiques : SDA, Nesstar, Data Ferret et Beyond 20/20. Il souligne plus particulièrement les suivantes :

1. Inter-University Consortium for Political and Social Research (ICPSR) – 7000 collections de données. La collection est en croissance.

2. IPUMS – Current Population Survey. Site gratuit, il faut seulement s’enregistrer sur le site. On peut comparer des données à travers le temps. Il s’agit d’une source majeure

–       IPUMS publie également U.S. Census Public (1850 à 2008 Census and American Community Survey)

3. SDA Archive. Gratuit. Contient quelques données internationales, mais principalement des sondages sociaux généraux aux É.-U.

–       Les « Public opinion pole » seront disponibles sous prochainement dans SDA.

–       Il n’est pas possible de télécharger ses propres données dans SDA pour les analyser.

–       Tutoriels en ligne.

Cette augmentation des ressources en ligne favorise le rôle des bibliothécaires qui doivent aider les étudiants à travailler avec des données. Normand précisera sous peu le modèle expliqué par H. Dekker.

M. Dekker presente un modele qu’il nomme de facon generique « Quantitative Literacy ».  Il en degage trois spheres plus specifiques qu’il decrit ainsi:

1.  « Statistical Literacy », qui consiste a  developper un esprit critique face a l’utilisation des statistiques

2. « Computational Literacy », qui est bien sur liee a  l’utilisation des technologies de l’information

3. « Data Literacy », qui consiste a comprendre, evaluer et comparer les donnees afin de pouvoir faire des previsions et prendre des decisions

Avec toutes ces « Literacy » qui emergent, les bibliothecaires sont loin de manquer de travail… On parle même de « Financial Literacy » qui consiste a rendre les utilisateurs plus autonomes dans la recherche d’informations financieres (et par extension rendre les citoyens plus a l’aise dans la gestion de leurs finances personnelles).  On commence d’ailleurs a entendre cette expression de plus en plus au Quebec.

Cet article, publié dans Bibliothèques_académiques, Compétences_informationnelles, IFLA2010, Statistiques, Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Using web-based software to promote data literacy

  1. Sans doute en raison de la récente crise financière et aussi des nombreux cas de «crimes financiers» auprès de petits investisseurs sans compter le fait que de nombreuses personnes risquent de se retrouver bien mal prises durant leur vieillesse. Elles ne jouiront pas de rentes aussi généreuses que leurs parents, et ce, même si ces derniers ne vivent pas sur l’or. Mais l’impact démographique des naissances pour les boomers sera «sonnant» pour certains et «trébuchant» pour d’autres. Une culture, même minimale sur la gestion des finances personnelles avec le retour du discours encourageant l’épargne constituent peut-être un juste retour du balancier pour toutes les sociétés. Aussi à Québec, plus précisément à la Faculté d’administration de l’Université Laval, une Chaire de recherche s’intéresse particulièrement à ces questions. Elle diffuse entre autres, des informations intéressantes pour le public sur son site Web. Si je peux me permettre : http://www5.fsa.ulaval.ca/sgc/recherche/chairescentrerecherche/chairegroupeinvestors .
    LL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s