Bilan du jour 1

C’est une année d’élection à l’IFLA. Ingrid Parent sera la première canadienne à assurer la présidence dès jeudi prochain. Le thème de son mandat : Les Bibliothèques une force pour le changement. Les sous thèmes évoquées par Ingrid au caucus canadien comprennent notamment les idées d’inclusion, de convergence et d’innovation. Réjean Savard a été élu à l’AIFBD pour représenter l’Amérique du Nord. Jo-Anne Bélair assurera la présidence de la section Classification et indexation pour un 2e mandat. J’ai accepté le mandat de secrétaire au sein de la section de Droit.

Les dernières nouvelles de l’AIFBD : Marie-Françoise Barnabée raconte le colloque à la Martinique. 100 participants, 30 du comité local et 70 participants d’une vingtaine de pays.

La 1re journée : une table ronde sur le métier de documentaliste scolaire. La 4e et dernière journée : une table ronde sur CAIRN et les logiciels francophones a clos le forum bibliothéconomique francophone. Entre les 2, une dizaine de conférences ont eu lieu sur  le thème Francophonie, bibliothèques et développement durable.

Enfin, l’IFLA promeut cette année l’open access. Cela se traduira par la création d’un dépôt. Tout reste à accomplir pour cette nouvelle orientation (définition des métadonnées, etc.).

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Dominique n’est pas seule…

Cette année je me suis équipée pour pouvoir rivaliser avec Dominique pour vous tenir au courant de ce qui se passe à l’IFLA. Mais…

Le Congrès a commencé très rapidement pour moi. Dès samedi matin 8h00, mes fonctions de présidente de comité m’ont tenue occupée jusqu’ici. Cet après-midi, j’ai une petite heure qui me permet de blogger.

Dès les premiers jours, j’ai pu constater que l’expertise des spécialistes de l’information du monde des bibliothèques est de plus en plus reconnue ailleurs qu’entre nous. Cela est particulièrement vrai pour les vocabulaires contrôlés qui intéressent de façon marquée les intervenants impliqués dans le Web sémantique. Le précieux outil qu’est le RVM, dans lequel la BUL a mis son coeur et son énergie depuis tant d’années, doit rapidement être offert dans des formats utilisables par d’autres communautés, dont le SKOS, pour franchir les murs des bibliothèques.

À plus tard, je vais maintenant aller me réchauffer dehors. Malgré que je me sois apporté une petite laine, je suis congelée et je ne sens presque plus les bouts de mes doigts et de mes orteils. Nos amis portoricains aiment beaucoup la climatisation… trrrrrrès froide. ;-)

Publié dans Uncategorized | Marqué avec | Laisser un commentaire

Nouvelle adresse pour le blogue IFLA 2011

Sébastien Nadeau ayant eu la générosité de nous créer une nouvelle adresse malgré son emploi du temps bien chargé, suivez-nous désormais sur notre blogue tout neuf vers de nouvelles aventures : http://ifla2011ulaval.wordpress.com.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Session de fermeture

Nous en sommes deja a la toute fin du congres.  Quelques discours et remises de prix se deroulent en presence de la presidente de l’IFLA, Mme Ellen Tise.  D’abord, Claudia Lux recoit le titre de membre honoraire de l’IFLA, pour son implication dans la cooperation des bibliotheques a l’echelle mondiale.  La medaille de l’IFLA est attribuee ensuite, a l’INIST (Institut de l’Information Scientifique et Technique) pour son soutien a la Federation, et a Elizabeth Ramos De Carvelho pour son implication en Amerique Latine et dans les Caraibes.  Enfin, un parchemin d’appreciation de l’IFLA est remis au Comite national suedois pour l’organisation du congres 2010 qui s’est avere un succes.  On nous invite au prochain congres de l’IFLA qui se tiendra a Porto Rico en 2011.  On nous en donne un avant-gout en projetant de magnifiques sequences de ce coin de pays.

C’etait la premiere fois que le congres se deroulait via les reseaux sociaux.  La presidente remercie d’ailleurs tous les benevoles et les bloggers :-) qui ont contribue a faire connaitre davantage l’IFLA en utiliant ces nouveaux moyens de communication.

C’est avec nostalgie que prend fin officiellement cet evenement qui a ete tres enrichissant a tous points de vue.  Des images representant les moments forts du congres se succedent a l’ecran sous une musique d’ABBA, tout comme celles qui se succedent dans notre tete au son des voix des nombreuses personnes que nous avons rencontrees.

Nous vous remercions de nous avoir suivi sur notre blog.  Vos commentaires ont ete tres apprecies.

A tres bientot,

Jo-Anne, Karine, Dominique et Normand

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Vers des bibliotheques de plus en plus mobiles!

Les bibliotheques ont toujours eu comme preoccupation de joindre les utlisateurs la ou ils se trouvent, et je ne parle pas ici que que des bibliobus (dont deux « specimens » etaient justement stationnes aux portes au Centre des congres au debut de l’evenement).  Je sors donc d’une seance qui traitait essentiellement des technologies mobiles.

Par exemple, a la toute nouvelle Universite de Aalto, fondee en 2010, basee en Finlande, on a teste 5 lecteurs de livres electroniques (e-book readers) disponibles en Europe soient: le Sony Reader, le Booken, le DeBook, le Foxit et le Kindle. Chacun de ces modeles a ete teste aupres des etudiants, et des groupes de discussion ont ete formes.  On a même mis en ligne un blog pour la circonstance, afin de permettre a ces derniers de s’exprimer sur le sujet.

Il appert que seulement 17% des livres electroniques acquis par l’Universite sont compatibles avec les modeles precites.  Parmi les titres acquis individuellement par la bibliotheque, seuls ceux produits par Springer, Elsevier; Source OCDE et Morgan & Clayford etaient telechargeables sur des lecteurs de livres electroniques mobiles, alors que ceux du Ebrary, Safari et Myibrary ne l’etaient pas.  Cela tient du fait que ces derniers sont assujettis au Digital Rights Management (DRM), qui regit les droits de diffusion lies a  l’acces mobile.  Bref, les livres electroniques acquis directement chez les editeurs comme tels ne posent pas probleme de telechargement sur des lecteurs mobiles.  Ce sont plutot ceux fournis par les aggregateurs ou les diffuseurs (qui sont eux assujettis au DRM) que les bibliotheques doivent eviter s’ils veulent developper un service mobile.

Quant aux etudiants, ils ont trouve que tous les types d’appareils remplissaient des fonctions similaires, mais ils preferent encore de loin leur portables puisqu’ils s’attendaient a quelque chose de beaucoup plus performant, notamment pour la navigation qu’ils considerent encore trop lente (ils attendraient l’autre generation).  Ils  trouvent donc l’appareil utile pour une lecture lineaire (nouvelles ou romans) et non pour le materiel academique et pour etudier (personellement, j’aurais cru le contraire!).

Publié dans IFLA2010, Livres electroniques, Résumé_de_présentation, Technologies mobiles, Uncategorized | Laisser un commentaire

Connaissez-vous l’initiative de préservation CLOCKSS?

Débuté comme une initiative conjointe entre les bibliothèques et les éditeurs (Wiley-Blackwell, Taylor & Francis, Springer, Sage Publications, Oxford University Press, Nature Publishing Group, IOP Publishing, Elsevier, Atypon, American Psychological Society, American Medical Association), Clockss s’est consolidé légalement en une coopérative de services. Dès qu’un contenu est abandonné par un éditeur, Clockss tente de le préserver en utilisant la voie de l’accès libre à l’information. Pour ce faire, ils utilisent la technologie Lockss (Lots of Copies Keep Stuff Safe) et opte pour une préservation décentralisée. Le contenu est archivé dans 12 institutions qui participent au projet. Celles-ci se positionnent comme des gardiennes du contenu, ce qui ne nécessite pas, selon Peter Burnhill de l’University d’Édimbourg, un investissement substantiel de la part de chacune. Le projet trouve donc une résonance dans la communauté internationale et est représenté géographiquement (au Canada, l’Université de Calgary y participe). Le modèle financier de gouvernance de Clockss privilégie de faibles coûts et une augmentation de la dotation. Le coût d’adhésion est faible (450$ pour les bibliothèques (un prix est disponible pour les associations de bibliothèques également), 200$ pour les éditeurs). C’est une méthode économique d’avoir accès aux périodiques orphelins. Les membres sont avisés lorsqu’un périodique est en danger. Un licence commune est alors créé au contenu et il est alors rendu disponible pour tous. Clockss est un bel exemple de coopération, mais il lui faut recruter des membres pour agir.

Chaque institution essaie d’adopter une stratégie de conservation et de préservation. Mais aucun de nous ne savons dans notre ère numérique quelle sera la stratégie gagnante. Clockss se positionne comme une stratégie parallèle, une piste à explorer peut-être ?

Publié dans Acces libre, Bibliothèques_académiques, IFLA2010, Résumé_de_présentation | Laisser un commentaire

Les bibliothèques et le Web sémantique

J’assiste ce matin à la moitié d’un programme d’un avant-midi sur le Web sémantique. Je souhaiterais ardemment que Marcel Plourde soit à mes côtés pour bénéficier de ses explications sur certaines normes abordées. Depuis sa dernière présentation sur le futur des normes bibliographiques, je n’ai pas fait assez de lecture et je me sens larguée. Heureusement Jo-Anne est également présente et nous pourrons discuter de cet enjeu crucial au retour. Le message principal de la séance est d’encourager les bibliothèques à diffuser leurs données différemment dans le Web, soit liées de façon relationnelle. Si ma dernière phrase vous largue à votre tour, je vous partage mes prochaines lectures :

-       Web sémantique

-       Linked-Data

-       Présentation de Tim Berners-Lee sur Linked Data (TED2009, durée 16 min)

Publié dans Catalogage, IFLA2010, Web sémantique | Marqué avec | Laisser un commentaire